Suivi de la charge d’entraînement

Étienne Dubois

Temps de lecture

Le 26 août dernier, Hexfit recevait Aurélien Broussal-Derval et David Pellier (Delta Performance) autour d’une table ronde virtuelle animée par notre fidèle Etienne Dubois. Le sujet discuté : le monitoring de la charge d’entraînement.

Un bon suivi de charge est un enjeu majeur pour la performance à long terme de l'athlète : moins de blessures, c'est plus de temps d'entraînement. Il est donc très important pour le préparateur physique de prendre les bonnes décisions. Quoi suivre, quels outils privilégier, quelles erreurs éviter, comment interpréter les résultats ? On vous résume tout dans cet article.

 

QUELLES DONNEES SUIVRE DANS LE MONITORING DE LA CHARGE ?

Quand on parle charge d’entraînement, beaucoup de choses sont possibles, beaucoup de nouveautés sortent en permanence et les sources de données se multiplient : le risque de crouler sous la data, perdre un temps fou à les saisir manuellement ou de suivre des données peu parlantes est bien présent.

De nos jours, c’est l’excès de données qui présente un défi encore plus grand. Avec les objets connectés tant de données sont disponibles que le plus gros enjeu est de les collecter dans un seul et même outil.

Le préparateur physique devient un « data scientist » et doit

  • Sélectionner les bonnes données à suivre
  • S’équiper d’un outil qui permet de les centraliser et les représenter correctement
  • Les analyser finement en s’adaptant à l’athlète et au contexte

 

CIBLE DES CHOSES SIMPLES ET UTILES

  • Choisis des données incontournables.
  • Fais-toi confiance dans la simplicité de la donnée que tu suis : l’important est qu’elle soit pérenne !
  • Assure-toi que toute donnée que tu collectes a une utilité. Ne perds pas de temps à collecter des données pour des données.

A minima, suis le RPE (détail du calcul : perception de l’effort x durée de la session). Il représente l’effort perçu suivant les conditions de l’athlète le jour J et te donne une évaluation de son ressenti.

 

LES DONNEES A SUIVRE

En fonction de la discipline et de l’objectif du sportif, tu pourras y ajouter d’autres analyses. Voici une liste (non exhaustive bien sûr) des données de charge phares :

  • RPE (perception de l’effort x durée de la session) sur la durée. Incontournable, il représente l’effort perçu suivant les conditions de l’athlète le jour J et te donne une évaluation de son ressenti.
  • Comparer charge chronique (charge hebdomadaire qui réunit les 4 dernières semaines) et charge aigüe (charge de la dernière semaine). Cette comparaison va donner une idée éventuelle de dérive.
  • Monotonie: indice de la fluctuation de la charge quotidienne dans la semaine (écart type de la charge dans la semaine). Si elle est élevée ET associée à une charge élevée, elle donne une idée de l’enjeu de surcharge.
  • Contrainte : (charge de la semaine x monotonie). Permet de voir la consistance de la charge qu’on apporte. Attention quand on approche les 6000 et alerte forte au-delà des 10000.
  • Indice de fraîcheur : écart entre la charge chronique et la charge aigüe. Assez parlant auprès des athlètes.

 

QUEL OUTIL POUR LE SUIVI DE LA CHARGE D’ENTRAINEMENT ?

L’outil pour le suivi n’est pas anodin : quels critères considérer pour s’assurer du bon choix ?

1 – Un outil STABLE  

On a tous utilisé EXCEL. Aussi performant soit l’outil, quand vient le temps d’analyser les données de monitoring de la charge d’entraînement, fusionner les fichiers… il plante.

2 – Un outil qui permet le PARTAGE entre professionnels

Et quand on doit partager les données entre professionnels, chacun vient ajouter ses outils et méthodes dans le document… ce qui rend les données incompatibles les unes avec les autres et complique la fusion. Il faut un outil qui cadre le formatage et la structure des données pour tous.

3 – Un outil qui garantit la PERENNITE de la donnée

La donnée ne doit pas disparaître avec le professionnel : quand un préparateur physique quitte une structure, les données d’analyse de charge d’entraînement doivent demeurer existantes et utilisables.

4 – Un outil qui vous permet d’obtenir la donnée SYSTEMATIQUEMENT

L’outil doit permettre de récolter facilement la donnée de la part des athlètes, de la façon la plus automatique possible (vous n’allez pas leur courir après pour l’obtenir).

 

 

COMMENT ANALYSER LES DONNEES ?

 

LAISSE-TOI GUIDER PAR LES ATHLETES

En fonction du sportif, ton suivi de charge ne sera pas exactement le même :

  • Certains athlètes se rassurent dans la data, et en ont besoin pour être certain qu’ils avancent bien. Ils rempliront volontiers des questionnaires complets et fournira des données fiables, systématiques, et utiles.
  • D’autres sont beaucoup plus dans l’intuition : ils ne rempliront jamais de questionnaire. Les données de suivi de charge ne les intéresseront pas ; à toi de choisir les données véritablement sensibles à tes yeux et ce, sans le contraindre…

Et bien entendu, vous devrez vous adapter à leur profil.

 

C’EST LA COMPARAISON ET LA RELATIVITE QUI PRIME

Dans l’analyse de la charge, le chiffre brut ne veut rien dire. C’est toujours en relation avec autre chose, que vous pourrez tirer des conclusions utiles.

  • La relativité des charges

Gardez une VISION GLOBALE de chaque indice. Mettez-les en rapport les uns aux autres et « lisez entre les lignes » ! Par exemple, la monotonie seule, si la charge d’entraînement est faible, n’apporte aucune alerte particulière.

  • Le contexte

Il faut remettre l’analyse de la charge en fonction des objectifs de la planification et de la période de l’année vis-à-vis des compétitions.

  • La durée

La charge est calculée en unités arbitraires et selon des échelles libres ; en fonction de ces choix on ne peut pas forcément analyser les données brutes ni comparer deux athlètes à un instant T. Envisagez les chiffres sur le long terme, en connaissance de l’athlète, en fonction des charges que vous savez qu’il peut encaisser.

  • Les tendances

C’est la constance dans l’évaluation de la donnée qui est intéressante : donnée aberrante, passagère, ou bien dérive confirmée ?

  • Soyez alerte

L’enjeu est d’arriver à croiser les informations et à les calibrer pour avoir un système d’alerte utile. Et c’est là qu’un outil comme Hexfit peut être particulièrement utile.

 

 

C’EST POUR TOUT LE MONDE !

Ces données fournissent des informations précieuses pour adapter la trajectoire de la programmation, réguler la charge au regard d’une date de compétition, sur des cycles d’approche de 3 à 6 semaines, en fonction de l’objectif.

Même en dehors de suivi de compétition, le besoin de tels marqueurs est présent. Il contribue à une approche personnalisée, même dans le coaching sport loisir ou sport santé. Les indicateurs seront différents ; on ne parle pas uniquement de charge d’entraînement. Un questionnaire de Hooper par exemple peut être très utile. Le tout peut rendre l’intervention plus professionnelle et donner un sens à la séance du jour.

L’adaptation de la prise en charge est la clé de tout accompagnement.   

 

POUR ALLER PLUS LOIN !

Retrouvez Hexfit sur Instagram https://www.instagram.com/myhexfit/

Pour suivre la charge d’entraînement avec le logiciel Hexfit, inscrivez-vous pour un essai gratuit : https://app.myhexfit.com/?pk_vid=81ac73e42e6b103616310910527800e2#/signup

 

Restez à l'affût des nouveautés de l'industrie

Abonnez-vous dès maintenant pour recevoir les nouveautés sur Hexfit, des webinaires éducatifs, des protocoles de tests physiques, des alternatives d'exercices, les mises à jours et beaucoup plus encore! Soyez informés des nouveautés de l'industrie du sport et de la santé via notre infolettre!  

Ebook : Le futur ne sera pas digital

Tu recevras le lien directement dans tes mails. Bonne lecture !