Comment rétablir les douleurs chroniques de vos clients par le mouvement

Dans le cadre d’un Webinaire Hexfit, sous le thème du rétablissement des douleurs chroniques par le professionnel du sport ou du mouvement, nous discutons avec Véronique Gagné, kinésiologue spécialisée en douleurs chroniques et fondatrice de Kinéden. 

Présentation des intervenants

Véronique Gagné - Kinésiologue & fondatrice de Kinéden

D'abord coach de sauvetage sportif pendant plus de 10 ans, Véronique a toujours eu un intérêt pour le sport et le mouvement. Elle a donc entrepris un baccalauréat en kinésiologie, puis fondé Kinéden il y a plus de 12 ans. Voyant les nombreux clients vivant avec des douleurs chroniques, elle savait qu'elle pourrait les aider grâce au mouvement. Elle s'est donc certifié en réadaptation en contexte de douleur chronique.

La douleur chronique peut durer des mois, voire des années et touche toutes les parties du corps. Elle interfère avec la vie quotidienne et peut conduire à la dépression et à l'anxiété. Vos clients en souffrent peut-être sans même le savoir.

La première étape du traitement consiste à trouver et à traiter la cause. Dans la plupart des cas, les personnes souffrant de douleurs chroniques se tournent vers leur médecin. S’en suit généralement la prescription de médicaments. Mais ils ont leurs limites et ne permettent pas toujours une guérison totale.

Pourtant, il existe une solution souvent inconnue des patients : la guérison par le mouvement encadré par un professionnel.

Qu'est-ce que la douleur chronique ? 

La douleur chronique est une douleur qui dure plus de trois mois. La douleur peut être ressentie tout le temps, ou elle peut aller et venir. Cela peut toucher n'importe quelle partie du corps.

La douleur chronique peut interférer avec les activités quotidiennes de vos clients, comme travailler, avoir une vie sociale et prendre soin d‘eux ou des autres. Cela peut entraîner une dépression, de l'anxiété et des troubles du sommeil, ce qui peut aggraver la douleur. Cette réponse crée un cycle difficile à briser.

Quelle est la différence entre la douleur chronique et les autres douleurs ? 

La douleur chronique diffère d'un autre type de douleur appelée douleur aiguë. La douleur aiguë survient lors d’une blessure, comme une simple coupure ou un os cassé. Cela ne dure pas longtemps et disparaît une fois que le corps a guéri.

En revanche, la douleur chronique persiste longtemps après la guérison d'une blessure ou d'une maladie. Parfois, cela arrive même sans raison apparente.

Qu'est-ce qui cause la douleur chronique ?

Parfois, la douleur chronique a une cause évidente: telle une maladie de longue durée comme l'arthrite ou le cancer qui peut causer une douleur continue.

Les blessures et les maladies peuvent également provoquer des changements chez vos clients qui les rendront plus sensibles à la douleur. Ces changements peuvent rester en place même après la guérison de la blessure ou de la maladie d'origine. Quelque chose comme une entorse, une fracture ou une brève infection peut causer une douleur chronique.

Certaines personnes souffrent également de douleurs chroniques qui ne sont pas liées à une blessure ou à une maladie physique. Les professionnels de la santé appellent cette réponse douleur psychogène ou douleur psychosomatique. Elle est causée par des facteurs psychologiques tels que le stress, l'anxiété et la dépression. De nombreux scientifiques pensent que cette connexion provient de faibles niveaux d'endorphines dans le sang. Les endorphines sont des produits chimiques naturels qui déclenchent des sentiments positifs.

Il est possible que plusieurs causes de douleur se chevauchent. Par exemple, dans le cas de deux maladies différentes ou de la combinaison de migraines et de douleur psychogène.

Les mentalités doivent changer 

Selon le modèle d'évitement de la peur, les personnes souffrant de douleur chronique évitent l'activité physique parce qu'elles pensent que cela aggraverait leur douleur. Ce comportement entraîne une diminution des niveaux d'activité physique qui aggrave en fait la douleur, car les muscles s'atrophient, la mobilité devient plus limitée et vous devenez plus sensible à la douleur. Cette boucle de rétroaction négative de la douleur chronique et de l'inactivité peut être un cycle difficile à briser.

 

"Par expérience, je vais régler ton problème dans les trois à 6 mois si tu suis à lettre le  programme."

Véronique Gagné, Kinésiologue

C’est pourquoi il faut comprendre les facteurs ayant un impact sur la perception des douleurs :

La perception de la douleur

L'expérience de la douleur est connue pour avoir deux voies neuronales distinctes. Dans la première voie, le signal de douleur provient de n'importe quelle partie du corps et active le cortex cingulaire antérieur du cerveau, qui est associé à la perception de la douleur. Les gens réagissent différemment à cette stimulation, car le sentiment est déterminé par l'activation de la deuxième voie impliquant le cortex préfrontal médian et le noyau accumbens, qui est associé à la motivation et à l'émotion. De plus, il existe des facteurs non physiologiques qui contribuent à la perception de la douleur, comme la personnalité, les variables socioculturelles, l'apprentissage et la réactivité émotionnelle.

Personnalité

Au cours des dernières décennies, plusieurs théories ont été proposées sur la personnalité dans la population souffrant de douleur chronique. Avec l'avènement de l'approche biopsychosociale dans les années 1980, le modèle diathèse-stress domine le secteur. Le modèle accentue l'interaction entre la prédisposition biologique d'un individu et l'impact de l'environnement pour expliquer les différentes réponses à la douleur chronique.

Variables socioculturelles

Les premières théories de la psychologie de la douleur évaluaient des facteurs globaux, tels que le sexe, l'âge et la culture. Dans la plupart des études, les femmes déclarent généralement ressentir une douleur plus récurrente, sévère et plus longue que les hommes. Des recherches antérieures ont également montré que les seuils augmentent avec l'âge. On croyait autrefois que nous différions culturellement d'une manière qui affectait la façon dont nous ressentons la douleur. Cependant, nous comprenons maintenant qu'il existe des différences au sein des groupes culturels qui peuvent affecter leur expérience de la douleur.

Apprentissage

La douleur chronique peut être une réponse conditionnée, ou un comportement appris, plutôt qu'un simple problème physique. Le comportement commence purement en réponse à la présence d'une blessure, puis il est renforcé et devient une réponse conditionnée. De la même manière, l'inactivité peut soulager la douleur chez certains patients, mais conduit à un cercle vicieux de déconditionnement et d'aggravation de la douleur chronique. La douleur peut résulter de ces réactions de peur conditionnées, ou comportements d'évitement, qui persistent même après la disparition de la douleur.

Réactivité émotionnelle

Par rapport à d'autres émotions négatives, telles que la peur, la tristesse, la culpabilité, l'autodénigrement et la honte, la colère est l'émotion la plus prédominante chez les patients souffrant de douleur chronique. La colère fait référence à une expérience émotionnelle qui peut être un état d'humeur actuel ou une prédisposition générale à la colère. Les personnes ayant des problèmes de colère importants peuvent avoir des problèmes d'empathie. Cependant, c'est une compétence qui peut être développée et cultivée au fil du temps. La recherche a montré que les êtres humains ont tendance à être plus empathiques envers leurs amis, tandis que le stress peut décourager la capacité des gens à faire preuve d'empathie. 

Traiter les douleurs chroniques par le mouvement

Lorsque votre client a mal, il aura tendance à y aller doucement pour éviter d'autres dommages. Il est peu probable que cela aide - bien au contraire en fait. Ne pas bouger suffisamment entraîne souvent une cascade de facteurs qui peuvent amplifier la douleur. L'exercice est en fait le meilleur moyen de recycler un système anti-douleur surprotecteur. 

"Par expérience, je vais régler ton problème dans les trois à 6 mois si tu suis à lettre le  programme."

Véronique Gagné, Kinésiologue

Les exercices d'étirement et de renforcement peuvent recycler le système de la douleur et réajuster la zone tampon de la douleur, lui rappelant que le mouvement est normal et « sûr ». Un autre avantage supplémentaire est que l'exercice libère des endorphines, qui peuvent en fait empêcher les signaux de douleur d'atteindre le cerveau.

Commencer la thérapie par le mouvement est souvent la partie la plus difficile en raison de la façon dont la douleur chronique peut affecter l’état d'esprit, les comportements et les croyances de vos clients. C'est là qu'interviennent les 2 autres piliers des meilleures pratiques de soins. L'éducation de vos clients est importante pour comprendre le fonctionnement de la douleur et réaliser que “douleur” ne signifie pas toujours “blessure”. La thérapie comportementale aide à dissuader les comportements douloureux qui renforcent l'incapacité et la douleur, comme l'inactivité.

Comment se passe un traitement de la douleur chronique par le mouvement ?

Tout commence par un questionnaire qui porte sur le passif du patient ainsi que ses attentes. Cela permet de récolter toutes les données afin d’établir une analyse. Après avoir rappelé ce qu’est exactement la douleur chronique, des tests physiques sont réalisés. Ils permettent de déterminer les capacités physiques du patient, son amplitude de mouvement. S'ensuit la réalisation d’un programme d’entraînement personnalisé avec des objectifs définis en fonction du patient. 

"Par expérience, je vais régler ton problème dans les trois à 6 mois si tu suis à lettre le  programme."

Véronique Gagné, Kinésiologue

La seconde qui maintient la motivation, c'est le journal de bord. Cela permet au patient de se rendre compte de leurs progrès et de comparer. La finalité est d'arriver à accumuler plusieurs journées sans douleur. Et ce n'est pas parce qu'il y a une journée avec douleur que cela est négatif. 

Au fil de la progression, le programme est ajusté régulièrement pour préserver la motivation du patient, mais aussi pour s'adapter aux évolutions.

Le mouvement a des avantages pour la santé au-delà de la gestion de la douleur musculo-squelettique.

La guérison par le mouvement aide à retrouver force, souplesse et énergie. Lorsque nous bougeons, notre corps crée des substances qui aident nos articulations, nos disques et même nos poumons à rester lubrifiés afin qu'ils fonctionnent en douceur. En faisant travailler les muscles et les articulations plus fort que d'habitude, cela les conditionne à se détendre et améliore la mobilité et la force.

L'exercice améliore la santé globale parce que les contributeurs à la douleur ont également un impact sur votre santé globale. On peut dire que l'un des avantages les plus importants de l'exercice est qu'il améliore le bien-être mental en améliorant le sommeil, en augmentant la résistance au stress, en améliorant la confiance et en réduisant la peur du mouvement. Il a également été prouvé que l'exercice soulage les symptômes de la dépression. L'amélioration du flux sanguin et d'oxygène résultant de l'exercice peut également avoir un impact positif sur la santé cardiovasculaire.

Comment se certifier en réadaptation en contexte de douleur chronique ?

Comme démontré dans cet article, la douleur chronique est un sujet très complexe. Il faut donc se fier aux sources fiables pour assurer une prise en charge adéquate de celles-ci.

Heureusement, l’institut de kinésiologie du Québec offre un programme de formation s’adressant autant aux professionnels de la santé et de l’exercice qu’au grand public.

Étienne Dubois a fondé Hexfit, une entreprise qui développe un logiciel de suivi d’objectifs interprofessionnels destinés aux professionnels de la santé et de l'activité physique. L'entreprise ayant su innover et se démarquer rapidement, elle regroupe maintenant une clientèle diversifiée de plus de 4000 kinésiologues, préparateurs physiques, nutritionnistes et physiothérapeutes travaillant avec des athlètes olympiques, de grandes chaînes et en indépendants, et ce, à travers le monde.
Étienne Dubois

Articles relatifs

Comment garder tes clients fitness

Comment garder tes clients fitness

Sachant qu'il coûte 7x moins cher de garder un client que d'essayer d'en acquérir un nouveau, la satisfaction de tes clients devrait être une priorité.

Share This