MPOC : Qu’est-ce que c’est?

Becky Zucco est une physiologiste de l'exercice clinique, spécialisée dans la MPOC et le cancer, avec plus de 25 ans d'expérience dans son domaine. Elle a écrit et développé des cours d'éducation sur la prévention des maladies chroniques et a créé le projet Mission Mouvement pour les écoles primaires. Elle est une grande voyageuse, marathonienne et mère de trois enfants qui comprend l'effet puissant du mouvement sur le corps et l'esprit et comment le comportement humain peut être influencé pour obtenir des améliorations significatives de la santé.

Becky Zucco

Foundatrice, OneLife Health Canada

Pourquoi, en tant que professionnels de l’exercice, devons-nous le savoir ?

MPOC correspond à Maladie Pulmonaire Obstructive Chronique. Il s'agit d'une maladie respiratoire à progression lente qui provoque une inflammation des voies respiratoires des poumons et les "obstrue", ou les bloque. L'une des principales causes de la MPOC au Canada est la fumée de cigarette, mais des facteurs environnementaux et héréditaires entrent également en jeu.

Les symptômes les plus courants sont les suivants :

  • L'essoufflement lié à l'activité, qui est le principal symptôme de la MPOC
  • Toux persistante
  • Production de flegmes
  • Rhume fréquents ou infection des voies respiratoires

Les "attaques pulmonaires" dues à la MPOC sont la première cause d'hospitalisation1.

La MPOC est mortelle

La MPOC est la 4e cause de décès au Canada2. Au Canada, la MPOC fait plus de victimes que les accidents, le diabète, le suicide, la maladie d'Alzheimer, la grippe et la mort des reins3.

La MPOC est perturbatrice

Près d’une personne sur trois atteinte de MPOC déclare avoir beaucoup de difficultés à faire de l'exercice ou à pratiquer un sport4.

La MPOC est une maladie que l'on peut prévenir et traiter. Selon la Société canadienne de thoracologie, les objectifs de la gestion de la MPOC sont de prévenir la progression de la maladie, réduire et atténuer l'essoufflement et d'autres symptômes respiratoires, améliorer la capacité à faire de l'exercice, à prévenir et à traiter des exacerbations et de réduire la mortalité.

772 000 Canadiens âgés de 35 ans et plus sont signalés comme étant diagnostiqué avec une MPOC. On estime que 750 000 autres Canadiens ont une MPOC, mais qui ne sont pas encore diagnostiqués5. En 2016, la MPOC était la troisième cause de décès dans le monde entier selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS)6. C’est la seule maladie chronique qui accuse une augmentation de la mortalité7.

Au-delà de l'impact évident de la MPOC sur les patients et leurs familles, l'impact sur le système de santé est également important. Le rapport annuel du coût direct de la MPOC (c'est-à-dire le diagnostic, hospitalisation, visites aux urgences) est presque 2 000,00 $ par patient. Ajoutez à cela les frais indirects, soit le coût lié à la perte de travail et à l'absentéisme s'élève à environ 1 000,00 $ par patient8. Le coût total de la MPOC au Canada en 2008 était estimé au bas mot à 1,5 milliard de dollars9.

''Arrêter de fumer, amorcer des changements de style de vie et participer à un régime d'exercice régulier pour prévenir le déconditionnement est vital pour le bien-être des personnes vivant avec la MPOC.''

La plupart des personnes atteintes de MPOC ne sont pas diagnostiquées ou tombent dans le cercle vicieux de la sédentarité, du déclin de la santé et des visites répétées à l'hôpital. L'inscription à un programme de réadaptation pulmonaire supervisé, qui comprend des volets d'exercice et d'éducation, est fortement préconisée pour tous les patients. Cependant, moins de 1 % des Canadiens atteints de MPOC ont accès à ces programmes en raison des obstacles rencontrés par les patients ou des barrières au sein du système de santé canadien10.

NOUS POUVONS AIDER

En tant que professionnels de l'exercice, nous devons être plus conscients de la MPOC et savoir comment nous pouvons aider les personnes qui vivent avec cette maladie à briser le cercle vicieux. Nous devons accroître nos connaissances et comprendre ce que nous pouvons faire pour améliorer la vie de ces personnes. L'exercice physique peut changer la vie de nombreuses personnes, et les personnes atteintes de MPOC ne sont pas différentes.

''En tant que professionnels de l'exercice, nous devons être plus conscients de la MPOC et savoir comment nous pouvons aider les personnes qui vivent avec cette maladie à briser le cercle vicieux. Nous devons accroître nos connaissances et comprendre ce que nous pouvons faire pour améliorer la vie de ces personnes. L'exercice physique peut changer la vie de nombreuses personnes, et les personnes atteintes de MPOC ne sont pas différentes. ''

– Lauren Tracey, MSc, Coordinateur de la recherche clinique/kinésiologue

Centre universitaire de santé McGill, Canada

Conseils ! en ce qui concerne l’entraînement d'un client atteint de MPOC

Entraîner un individu atteint de MPOC, implique l'amélioration de leur qualité de vie en réduisant le risque d'une exacerbation ("attaque pulmonaire") ou blessure suite à une chute due à un dysfonctionnement d’un muscle et l'instabilité.

Certaines personnes vivant avec la MPOC pourraient avoir été initiées à un programme officiel de réadaptation pulmonaire. Certains peuvent avoir été actifs ou avoir visité un gymnase avant leur diagnostic. Cependant, tous les clients ayant une MPOC nécessitent une surveillance attentive. Leur saturation en oxygène peut être inférieure à celle d’un client en bonne santé et ils éprouveront la sensation de l'essoufflement au moindre effort.

Il est important de combiner l'exercice d'endurance avec la force (inférieure, supérieure, centrale) ainsi que la stabilité, l'amplitude de mouvement et la proprioception tout en étant conscient de la sensation constante d'essoufflement (dyspnée) que votre client éprouvera.

Conseils :

  • La technique de respiration à lèvres pincées doit toujours être utilisée pendant l'exercice.
  • L'expiration se fait toujours à l'effort.

Les mouvements et les exercices fonctionnels sont les plus importants pour permettre aux clients de continuer à effectuer les tâches quotidiennes sans aide autant que possible.

 

Comme toujours, vous DEVEZ utiliser votre jugement pour décider si un exercice est approprié pour un individu. Réalisez que l'équilibre, la stabilité, la force, l'endurance, la gravité de la maladie, les comorbidités, l'environnement et l'équipement d'une personne devront tous être pris en considération lors de la conception d'un programme.

 

Ne sous-estimez pas l'importance de votre motivation, de vos conseils sur le changement de mode de vie et de comportement pour la réussite d'un programme et l'amélioration de la vie des personnes atteintes de MPOC.

Voici comment traiter chaque partie du corps

Corps inférieur : Assis à debout

Asseyez-vous au bord de votre siège avec le dos droit

Ramener les orteils sous les genoux

Avec le dos droit, penchez-vous en avant pour ramener le nez sur les orteils.

Poussez avec les jambes en position debout

Pour s'asseoir, il faut se plier les genoux pour amener les hanches vers la chaise.

Abaissez lentement le corps jusqu'à ce que vous soyez assis.

Corps supérieur : Flexion du coude avec appui (pression?) de tête

Tenez-vous droit, la tête appuyée contre un coussin (placé sur le mur).

Tenez les poids dans vos mains - les paumes vers l'avant.

Pliez les coudes et amenez les poids vers votre épaule.

Ne bougez pas le haut du bras lorsque vous soulevez les poids (veillez à ce que vos coudes ne se déplacent pas vers l'avant).

Revenez lentement à la position de départ.

Tronc et bas du dos : Extensions du dos au coude

Allongez le visage vers le bas, commencez avec les mains sous les épaules.

Remontez progressivement d'un niveau vertébral à la fois, en poussant dans vos mains, tout en gardant le bas du dos et les fesses détendus.

Faites l'exercice jusqu'au point le plus éloigné possible, en gardant les jambes et les hanches contre le sol.

Prenez une petite pause.

Retour au début.

Étirement / Amplitude de mouvement : Rampement mural (Flexion)

Assis ou debout devant un mur (le bout des doigts peuvent se toucher)

Placez le bout des doigts sur le mur directement devant vous.

Montez lentement sur le mur avec votre (vos) main(s).

Une fois que vous avez atteint votre maximum, abaissez vos mains sur les côtés.

Ne haussez pas les épaules (et ne vous penchez pas sur le côté opposé si vous êtes unilatéral).

Étirement / Amplitude de mouvement : Position assise « Figure 4 »

Asseyez-vous sur une chaise en plaçant un pied au-dessus du genou opposé dans une position "Figure 4".

Poussez sur votre genou pour ouvrir la jambe et tendez votre dos tout en déplaçant le haut de votre corps vers l'avant jusqu'à ce que vous sentiez un étirement confortable dans votre fessier.

Maintenez l'étirement pendant la durée recommandée.

Note : Veillez toujours à ce que votre client ait une autorisation médicale ou un renvoi pour l’exercice.

Pour savoir comment devenir un entraîneur spécialisé dans le domaine de la MPOC, visitez www.expandcourses.com « Gestion de la MPOC pour les professionnels de l'exercice ».

Qu'est-ce qu'un article d'invité?

Les professionnels de la santé peuvent communiquer avec nous pour partager du contenu éducatif dans notre académie!

Sources

1The Human and Economic Burden of COPD: A leading cause of hospital admission in Canada: www.lung.ca/cts-sct/pdf/COPDReport_E.pdf

2Life and Breath: Respiratory Diseases in Canada, Public Health Agency of Canada’s Centre for Chronic Disease Prevention and Control, (2007)

3Statistics Canada: www.statcan.gc.ca/daily-quotidien/120725/t120725b001-eng.htm

4Ibid

5Buist, A Sonia, et al (2007) International variation in the prevalence of COPD (The BOLD Study): a population-based prevalence study. The Lancet 370; 741-750.

6World Health Organization. Top 10 causes of death Worldwide (24 May 2018). Retrieved from: https://www.who.int/news-room/fact-sheets/detail/the-top-10-causes-of-death

7Global Strategy for the Diagnosis, Management & Prevention of COPD: NHLBI/WHO Workshop Report; March 2001.

8Economic Burden of Illness in Canada 1998. Health Canada, Ottawa, Canada, 2002.

9O’Donnell DE et al. Executive Summary. Canadian Thoracic Society Recommendations for Management of COPD – 2003. Can Respir J 2003:10(Suppl A)11A-65A.

10Camp PG et al. Pulmonary rehabilitation in Canada: A report from the Canadian Thoracic Society COPD Clinical Assembly. Can Respir J 2015, 22(3), pp.147-152.

Restez à l'affût des nouveautés de l'industrie

Abonnez-vous dès maintenant pour recevoir les nouveautés sur Hexfit, des webinaires éducatifs, des protocoles de tests physiques, des alternatives d'exercices, les mises à jours et beaucoup plus encore! Soyez informés des nouveautés de l'industrie du sport et de la santé via notre infolettre!